La Victime

Celle qui ignore sa puissance

car elle n’a pas trouvé son mode d’emploi #CestOùLeCarburateurDéjà

Pour être passée par là, je suis intimement convaincue que tu fais de ton mieux avec ce que tu as, même si tu trouves que tu n’en fais pas assez. Donc ne lis pas ce qui suit comme une critique, mais plutôt comme un « arrêt sur image » qu’il est possible de modifier par la suite.

Si jamais tu trouves que ça ne te décrit pas assez bien, sens-toi vraiment légitime de m’envoyer un mail pour rectifier les choses ! Les autres en bénéficieront par la suite.

Portrait :

Les peurs, elles t’effraient et te rebutent. #CesVieillesSorcières

Vu de loin, comme de près, c’est un peu comme une poubelle sans poignées : c’est-à-dire que c’est un problème (puant) que tu ne sais pas trop par quel bout attraper, ni quoi faire avec.

La meilleure solution que tu aies trouvée jusqu’à présent pour vivre le mieux (ou le moins mal) possible avec, c’est de les éviter soigneusement ou te soumettre à ce qu’elles exigent si tu n’as plus le choix. #AcheterLaPaix

Le but ?

Revenir au calme le plus vite possible et éviter ces sensations que tu détestes.

Déjà que ta vie n’est pas facile, pas la peine d’en rajouter ! #NanMaisFautPasDéconner

Gestion émotionnelle - surmonter ses peurs - séance individuelle - Blandine Ladouceur

Il y a même de grandes chances pour que tu ne l’aies pas eu facile dans la vie, qu’on t’a souvent dévalorisée et fait croire que tu ne pourrais arriver à rien (et tu y crois, malheureusement).

Tu as peut-être même été agressée, violentée ou négligée et tu as construit tes défenses en te repliant sur toi-même.

 

soulagement des peurs - séance thérapie breve - gestion de la peur - Blandine Ladouceur

Si je t’écris tout cela, c’est parce que j’ai été dans le rôle de Victime* la majorité de ma vie.

*rôle de Victime : n’a rien à voir avec le fait d’être victime d’un acte criminel. Je parle ici de l’attitude de soumission vis-à-vis des peurs dans notre vie parce qu’on ne se sent pas de taille à les affronter.*

Un jour, j’ai voulu donner la parole à cette part de moi qui ne croyait pas en moi. Voici ce qu’elle avait à dire :

Je suis la Victime, celle dont on tait le nom
Je suis celle chez qui l’on est entré par effraction
Je suis une autochtone dépossédée de sa terre intime
Celle qui, jusque dans ses ressentis, se sent illégitime.

Je suis un morceau d’humanité arraché et jeté aux quatre vents
Je suis une terre aride et desséchée qui a perdu son chant
Je suis celle qui ne s’appartient plus, même dans son corps
Celles dont les repères sont devenus trompeurs et flous, porteurs de mort.

Je suis un statut juridique qui a colonisé une identité
Je suis une prison sans barreaux qui retient l’abusée plutôt que l’accusé
Je suis ce vécu intime qui se répète, faute d’être reconnu et écouté
Je suis ce récit intérieur qui s’englue dans le mépris des clichés propagés.

Je suis le bouc émissaire facile de tous les angles morts et les impensés
Je suis la cancre de la méritocratie et de l’autonomie glorifiées
Je suis la banalisation et la rationalisation introjectées
Je suis le maillon faible de notre société.

Oui, je suis la Victime, celle que l’on préfère accuser et mépriser
Mais je suis aussi la dignité qui n’en peut plus d’être prise en pitié
Je suis la résilience dont personne ne veut voir les ressources cachées
Je suis cette force incroyable qui m’a permis jusque-là de tout endurer.

Un jour, je deviendrai Guerrière… et je serai enfin respectée.

#T’arTaGueuleAlaRécré

Les 2 écueils dans lesquels ne pas tomber :

1. La paralysie : plus on se soumet à ce que dit la peur, plus son emprise sur nous devient grande et plus notre marge de manœuvre devient étroite.
On finit par se retrouver coincée, dépossédée de sa vie. #CestLourdAPorter

2. La revanche : le sentiment d’injustice que l’on ressent peut faire monter la colère et donner l’envie de se venger, sur les peurs ou sur les autres. On finit par se battre contre tous et tout le monde (et soi-même en premier) pour ne plus se faire emmerder.

On cherche à inverser le rapport de force en notre faveur en devenant une Guerrière.
C’est là que continue la guerre sans fin, plus seulement contre nous, mais contre le monde qui nous entoure aussi. #PasGlop

Le trésor caché :

Quand les Victimes sont montrées du doigt, sous prétexte que quelque part elles “mériteraient leur sort” (le genre d’idée qui me fait vomir), ce qu’on oublie de considérer c’est toute l’énergie et l’endurance que ça demande pour supporter tout ça. #Costaud

Malheureusement, quand on endosse le rôle de “Victime” (malgré nous), on a tellement une mauvaise image de nous-mêmes à vivre tout ça qu’on n’est pas en mesure de voir (réellement) notre propre valeur.

On est tellement occupées à éviter de souffrir ou court-circuiter la peur de se sentir submergée par nos émotions qu’on sous-estime nos ressources intérieures, notamment notre puissance.

Pour te donner une idée de l’étendue de celle-ci : imagine que toute la violence que tu reçois est proportionnelle à la puissance que tu n’as pas encore pu manifester dans ta vie. #MâchoireQuiSeDécroche #LoupDeTexAvery

Impressionnant et encourageant, non ?

Sortir du rôle de la Victime sans tomber dans celui de la Guerrière 

Attention !

Quand on agit en Victime, la tentation est grande de vouloir inverser le rapport de force en devenant une Guerrière (la fameuse “revanche” sur la vie). Si on passe de dominée à dominante, ça change la vie, n’est-ce pas ?

Quand ça m’est arrivé, je me suis dit “Enfin la belle vie ! Fini les connards, je vais pouvoir faire ce que je veux sans être emmerdée.”

Ça a marché un temps, mais ça a créé de nouveaux problèmes.

Comme la guerre perpétuelle contre moi-même et tout ce qui, en moi, pouvait me faire penser à la faiblesse de la Victime dont je venais de m’émanciper.

Bref, une nouvelle impasse.

Heureusement, il existe une 3ème voie. #Tao

 

Ne plus sentir le besoin de forcer les choses à coup de “volonté” et ne plus avoir à prouver sa valeur ni la justifier, tu imagines le soulagement ?! #MultiplieParDixCeQueTuImagines #TuApprocherasDeLaRéalité

 

Envie de cesser la fuite et le combat permanent ?

#VivementLaQuille

 

Inscris-toi à mon défi gratuit 7 jours
« SERENITE – Relaxe ton hamster mental face aux peurs »

Suffisamment court pour être efficace : 2 min de lecture par jour pendant 7 jours, directement dans ta boîte mail

Suffisamment long pour changer radicalement ta manière de voir les choses, et donc t’apporter un soulagement immédiat et une douce sérénité

Attention !

Ce défi s’adresse seulement aux personnes ouvertes d’esprit, qui acceptent de changer leurs croyances et faire évoluer leur point de vue #LeMinimumSyndical

Tu repars du défi gratuit 7 jours
« SERENITE – Relaxe ton hamster mental face aux peurs » avec :

Z

une nouvelle compréhension de ce que tu vis, qui te soulage et te sécurise

Z

plus d’énergie et d’apaisement

Z

moins de culpabilité et de guerre intérieure

Z

plus de légèreté et de facilité pour aborder un sujet pas toujours évident #çaFaitDuBienTintin

Vos articles Favoris

Au coeur de l’impuissance ressentie, trouver sa propre puissance

Au coeur de l’impuissance ressentie, trouver sa propre puissance

L’impuissance m’est insupportable.

Cette sensation d’être coincée comme si j’avais les pieds dans le béton me met en rage.

Une espèce de rage folle, qui me ferait tenter n’importe quoi pour en sortir.

Comment dépasser la culpabilité immense et le désespoir qui m’habitent dans ces moments-là ?

Pourquoi je n’atteins pas mes rêves ?

Pourquoi je n’atteins pas mes rêves ?

Qui je suis ne colle pas. C’est le constat amer que je fais.
Je ne suis « pas assez ». Je suis « trop ». Comment faire pour atteindre mes rêves dans ce cas ?

Pour une approche systémique des peurs (enfin !)

Pour une approche systémique des peurs (enfin !)

« Quelque chose manque » : voilà ce que je me dis quand je commence à lire sur les peurs en 2016.

Puis ça se transforme assez vite en la conviction qu’on « manque l’éléphant au milieu de la pièce ».

Quel éléphant ?

Quelle pièce ?

C’est ce que je vais révéler ici.

Vivre l’apaisement de se sentir normale

Vivre l’apaisement de se sentir normale

L’apaisement de se sentir normale et humaine, sans chercher à être « plus » ou « moins ». Juste être soi est suffisant et source de joie et de sérénité au quotidien… Comment on fait ça ?