Tu n’as plus à te battre.

C’est terminé.

Respire.

Détends-toi.

Repose-toi.

La Guerre est finie.

 

1. Par mon histoire, je vais te témoigner comment c’est possible.

2. Puis je t’exposerai comment je vois mon rôle de mentor pour celles, comme toi peut-être, qui veulent suivre un chemin similaire, dans le respect de qui elles sont et de leur rythme (pour y aller directement, clique ici). #MonDieuCeciEstUnePageDeVente

derriere ta plus grande peur, il y a ton plus grand desir

L’impasse dans laquelle je me suis enfermée

#TouteSeuleCommeUneGrande

Depuis que j’ai 7 ans, j’ai toujours cru qu’il y avait des parties de moi que je devais cacher pour ne pas me faire agresser ou ridiculiser.

J’ai cru aussi qu’il y en a d’autres dont je dois me débarrasser en les combattant pour les vaincre car je les perçois comme les ennemies qui m’empêchent d’être moi-même, ou en tout cas celle que je voudrais être pour être digne d’amour et d’attention. #AmourGloireEtBeauté #PressionDePerformance

J’ai une trouille monstre que les autres ne me découvrent telle que je me vois réellement : vide et inintéressante comme un puit sec. Je tente de masquer ça du mieux que je peux, de toutes mes forces.

J’ai d’ailleurs un rapport particulier aux relations : je veux que l’autre soit proche parce que j’ai faim de connexion, mais pas trop proche pour ne pas perdre de liberté. Et en même temps, je veux que l’autre soit loin car j’ai peur qu’il ne m’agresse, mais pas trop loin sinon je me sens dans un abyme de solitude terrifiant. #Paradoxe

Pendant longtemps – jusqu’à l’aube de mes 32 ans – j’alterne ainsi entre deux manières de faire face à la vie : la Victime, où je me blâme sans arrêt, et la Guerrière, où je me bats sans répit. Pas de place pour la paix.

Je les laisse te parler chacune à leur tour sous forme poétique pour que tu puisses comprendre ce que chacune porte.

JE SUIS LA VICTIME

Je suis la Victime, celle dont on tait le nom
Je suis celle chez qui l’on est entré par effraction
Je suis une autochtone dépossédée de sa terre intime
Celle qui, jusque dans ses ressentis, se sent illégitime.

Je suis un morceau d’humanité arraché et jeté aux quatre vents
Je suis une terre aride et desséchée qui a perdu son chant
Je suis celle qui ne s’appartient plus, même dans son corps
Celles dont les repères sont devenus trompeurs et flous, porteurs de mort.

Je suis un statut juridique qui a colonisé une identité
Je suis une prison sans barreaux qui retient l’abusée plutôt que l’accusé
Je suis ce vécu intime qui se répète, faute d’être reconnu et écouté
Je suis ce récit intérieur qui s’englue dans le mépris des clichés propagés.

Je suis le bouc émissaire facile de tous les angles morts et les impensés
Je suis la cancre de la méritocratie et de l’autonomie glorifiées
Je suis la banalisation et la rationalisation introjectées
Je suis le maillon faible de notre société.

Oui, je suis la Victime, celle que l’on préfère accuser et mépriser
Mais je suis aussi la dignité qui n’en peut plus d’être prise en pitié
Je suis la résilience dont personne ne veut voir les ressources cachées
Je suis cette force incroyable qui m’a permis jusque-là de tout endurer.

Un jour, je deviendrai Guerrière… et je serai enfin respectée.

JE SUIS LA GUERRIERE

Je suis la Guerrière, celle dont on glorifie le nom
Celle dont les faibles aimeraient arborer le fier blason
Je suis un bulldozer contre l’impuissance qui gangrène l’identité
Je suis l’amazone féroce qui vient reprendre sa terre jadis confisquée.

Je suis de toutes les batailles, pour ne plus jamais perdre la guerre
Je suis une bouche close car j’ai appris que la douleur noble doit se taire
Je suis un corps qui se doit d’être victorieux et puissant
Je suis une humiliation portée comme un couteau entre les dents.

Au fond de moi, je méprise la Victime, fantôme d’une autre vie
Que je fuis comme la peste, elle et son peuple de zombies.
Je suis fière d’être la force de vie incroyable que l’on va louer
J’incarne l’exception que notre société aime interviewer et encenser.

Mais, sous une certaine vulnérabilité assumée qui fait office de camouflage
Je suis une montagne de secrets jalousement gardée par une louve sauvage
Je suis un corps et une psyché de rescapée aux aguets en mode offensif
Je suis un château de cartes qui menace de s’effondrer au moindre souffle poussif.

Je hais par-dessus tout cette fragilité intérieure que je déguise en force
Je cache ma culpabilité et ma honte immenses en bombant le torse
Je m’extirpe de mes frayeurs mortifères en affichant mon allure la plus altière
Moi la vigie sans relève de ma forteresse intérieure, mon bagne solitaire.

Pourtant… malgré tous mes efforts et toute l’énergie déployée
La guérilla semble sans fin et les issues condamnées
Je sens mon énergie faiblir et mes résistances s’amenuiser
Moi qui m’étais juré de ne plus jamais fléchir, je n’arrive pas à me résigner…

N’y a-t-il d’autre voie que de dominer ou d’être dominée?

faire face a la peur sans armes ni haine ni violence

Cela devient insupportable, mais j’hésite encore

En 2016, je me retrouve dans une impasse avec ce rôle de Guerrière qui a pris les commandes de ma vie. Après avoir (enfin !) trouvé un levier de pouvoir sur ce qui m’arrive 2 ans plus tôt, je ne veux plus me retrouver dans le rôle de la Victime qu’on méprise et qu’on agresse. #PlusJamais

Je dois me faire violence pour atteindre mes objectifs tout en me sentant sans cesse écartelée à l’intérieur de moi :

– être une « bonne personne » appréciée de tous MAIS camoufler les parties de moi que je trouve moins « vendables » ou bizarres. #JaimeLesCrânesEtLesCimetières

– montrer que je suis une femme forte, libre et indépendante MAIS ne surtout pas faire voir combien je rame pour ne pas paraître faible ou rongée par les doutes qui m’envahissent régulièrement. #DesperateWonderWoman

Je me fais une guerre sans répit parce que je crois que si j’arrive à vaincre toutes mes peurs, je pourrais enfin vivre heureuse et tranquille. #HappyEnd

Mais plus je me bats, plus cette vie de bonheur simple me semble s’éloigner et ma marge de manœuvre se restreindre. #HorreurEtDamnation

 

tu n as plus a te battre contre ta peur mais a etre

Plus je tente de contrôler ce qui se passe dans ma vie, plus je me sens enfermée dans une vie que je n’aime pas, que je n’aime plus.

Plus ça va, plus je m’enfonce dans une double haine de moi : la haine de ce que je porte en moi qui n’est jamais « assez » et la haine de cette femme rigide et contrôlante que je deviens chaque jour un peu plus. #PersonneVoudraitEtreDansMaTête

Je suis une Guerrière épuisée, perdue, découragée et échevelée qui rêve de déposer ses armes mais ne sait pas comment y arriver sans se faire piétiner dans la seconde qui suit. #ParUneHordeDeBarbaresSanguinaires

Je me sens hyper vulnérable, mais je continue à m’épuiser à paraître forte parce que je ne vois pas d’autres voies acceptables.

Bref, je suis « un peu » désespérée.

En fait « beaucoup », pour être honnête.

Et impuissante.

D’une impuissance qui m’enrage et me met les larmes aux yeux. #Violons

 

Heureusement, une discussion avec un ami me donne une lueur d’espoir.

peur invitation au deploiement de soi

Mon ami me dit : « Et si tes peurs tu les acceptais, au lieu de les combattre ? »

Au début, je me rebelle contre cette idée.

Refuser de combattre mes peurs, ça ne serait pas de la lâcheté par hasard ? Ne devrais-je pas plutôt avoir honte de ne plus pouvoir me battre ? #JeNeSuisPasUneFemmelette

Je ne peux pas me résigner ou renoncer, baisser les bras.

Pas après tout ce que j’ai combattu et surmonté !

Je ne veux pas laisser les peurs gagner, car sinon ça voudrait dire qu’ils (tous ces gens qui m’ont fait du mal) auraient gagné. #MêmePasEnRêve

Je ne sais pas comment faire non plus, car toute la construction de ma personnalité repose sur la réaction à mes peurs : soit par la soumission (Victime), soit par la tentative de domination (Guerrière). #Prisonnière

Si je n’ai plus ces réactions face aux peurs, je suis qui et je fais quoi ???

me liberer de l emprise de ma peur

 Je n’en peux plus de cette paralysie intérieure que je ressens, de cet exil de moi-même qui me fait souffrir et de cet isolement extrême qui m’habite. #JeSuisMonIleDéserte

Je n’en peux plus de cette censure interne que je me fais vivre, du bunker intérieur que je maintiens par peur de laisser sortir la douceur qui m’habite et risquer de me faire agresser. #Encore

Je meurs à l’intérieur de cette vision défensive du monde que j’ai adoptée pour me protéger et survivre.

Je veux sortir de cette guerre interne que je me mène. #JagiteLeDrapeauBlanc

J’ai tellement envie de pouvoir un jour laisser mon envie d’aimer gambader en toute liberté ! #FleurALoreille #NezAuVent

suivre mes elans du coeur sans ma peur

Je finis par me lancer dans la quête

Pas vraiment de gaieté de cœur, je dois l’avouer, mais plutôt parce que je me rends à l’évidence : ça me demande nettement moins d’énergie d’ouvrir mon cœur que de tenter de combattre mes peurs.

Et l’énergie, c’est ma ressource la plus précieuse parce que je suis presque à plat, au bord du burn-out. #OrNoirPersonnel

Approcher mes peurs avec le cœur et avec douceur, voilà qui révolutionne tout !

C’est là que je constate que le problème n’est pas tellement mon rapport à la peur, que mon rapport à moi-même quand je vis de la peur.

Est-ce que je peux continuer à m’aimer sans me dévaloriser, même quand j’ai peur ?

 

 

 

Sur le chemin, j’ai trouvé des alliés :

mon corps allie dans la peur

C’est ma base pour m’émanciper. #MaBoussole

C’est un instrument de précision qui m’informe en temps réel de ce que je ressens, au-delà des histoires que se raconte ma tête.

Il me permet de « revenir à la maison » quand mes pensées s’égarent, de revenir dans le présent. #E.T.RetournerMaison

Si je le sens se fermer, c’est que je perçois surtout la menace dans ce qui m’arrive.

Si je le sens s’ouvrir, c’est que j’arrive à percevoir la promesse à l’intérieur de la menace.

la curiosite face a la peur

Elle transforme ma quête en passionnante chasse au trésor à la découverte de moi-même.

Observer pour observer.

Observer pour comprendre, mais pas pour juger.

C’est la clé ! #CuriositéDébordante

l humour face a la peur

C’est lui qui allège tout.

Il amortit les chocs des prises de conscience inconfortables. #Airbag

Il amène de la légèreté à la responsabilité sur ma vie que je prends (au lieu de me plomber comme le faisait la culpabilité auparavant). #TropBien

le non jugement face a la peur

Je me fiche de savoir si c’est « bon » ou « mauvais ». Ce qui est pertinent c’est de savoir si cela est adapté à moi ou ne l’est pas. #Na

Je m’apporte aussi beaucoup de douceur pour ce que j’ai vécu, pour les parties de moi qui souffrent encore et déclenchent les peurs que je ressens. #Câlin

Ça me permet de combler les vides que je sens en moi et ne plus aller chercher de validation à l’extérieur pour ce que je vis. #Olé

l emerveillement pour faire face a la peur

Un indispensable à mettre dans la trousse de chasseuse de trésor : c’est là que résident des étincelles d’amour.

Je ne pars donc pas à la conquête de moi-même (encore une vision guerrière !), mais à la découverte de qui je suis. #Passionnant

la psychologie de la pertinence face a la peur

Chaque chose qui arrive a sa raison d’être, sa pertinence, même si je ne la comprends pas. #IntelligenceDuVivant

Chaque « symptôme » que je vis, je le considère comme étant là « spécialement pour » indiquer le chemin des retrouvailles avec moi-même, et non pas « à cause » des traumas passés, contre lesquels il faudrait lutter. #Génial

Des embûches m’ont fait douter

La quête n’a bien-sûr par été un long fleuve tranquille !

Voici les principaux écueils sur lesquels j’ai buté :

la peur de la souffrance

Déjà que ma vie est loin d’être une partie de plaisir, j’ai eu peur qu’en allant voir mes peurs de près, je ne fasse que remuer le couteau dans la plaie, et donc souffrir plus. #JaiPasBesoinDeÇa

Mais en faisant ça, j’oubliais la souffrance que je ressentais déjà, à laquelle je m’étais habituée et que je ne voyais plus.

Et puis regarder ses peurs en face ne veut pas forcément dire « remuer la merde », loin de là. C’est avant tout apprendre à se connaître et développer sa conscience de soi. #CestDit

le besoin de reponses immediates face a la peur

Eh oui ! Mon réflexe c’est de chercher à sortir rapidement de mon inconfort et mettre fin à la peur tout de suite. #Déni #PassageEnForce

De trouver LE truc qui va faire que je n’aie plus peur.

Sauf que c’est ce que j’ai toujours fait, sans succès.

J’apprends à accepter de moins compter sur les certitudes, même si elles sont rassurantes. #JeGrandis

L’humour m’aide beaucoup là-dedans, ainsi que la confiance dans le processus qui se passe en moi.

prendre le temps de faire face a la peur

J’aimerais teeeeellement être déjà capable d’agir différemment de ce que ma peur me dit de faire pour me débarrasser du problème !

Mais si c’était si facile, ce serait déjà fait. #Oups #CestVrai

Patience !

Et surtout confiance : le travail s’opère en moi sans que j’ai besoin de le « vouloir » ni de me mettre la pression. J’ai « juste » à rester présente à ce que je vis et à l’observer, un jour à la fois, car le processus que j’applique est basé sur des lois naturelles.

Prendre mon temps pour expérimenter, pour valider intérieurement mes nouveaux repères…

vouloir avoir raison face a la peur

Je n’ai pas besoin de chercher à avoir raison sur ma manière de voir les choses par rapport aux autres autour de moi, mais juste admettre que j’ai mes raisons de le voir ainsi. #EtToc

Ça ne sert à rien non plus de m’accrocher à ce qui « devrait être » ou « aurait dû être » dans un monde parfait où on m’aurait traitée comme je le méritais.

Mon énergie est limitée : soit je me combats pour ce que je voudrais être et je tente d’avoir raison, soit je m’aime pour ce que je suis déjà. #ChoisisTonCampCamarade

Un chemin vers soi en trois etapes grace a la peur

Ce que j’ai trouvé finalement : l’émerveillement envers moi grâce à la peur

Les peurs sont en fait un prétexte pour une chasse au trésor où j’apprends à m’émerveiller de qui je suis, sous toutes ces couches de peur qui m’habitent et déforment ma perception de moi.

Je te rappelle que c’était pas gagné !

Ça m’a demandé de changer d’intention : j’ai dû passer de la recherche d’une victoire sur la peur à pratiquer l’amour de moi quand je vis de la peur. #RevoirMesPriorités

Je choisis ce que j’ai envie de vivre plutôt que de me laisser gouverner par des réflexes de survie périmés. Je reprends la responsabilité de ma vie et de mon bonheur.

Et ça se fait en 3 étapes :

ACCEPTER : je change de regard et j’accepte que la peur soit là, même si cela ne me plaît pas. #ContreMauvaiseFortuneBonCoeur #GrosseCoucheDeDouceur

OBSERVER : je m’observe agir et penser quand j’ai peur. #ModeChasseAuTrésor

AGIR : lorsque le moment d’agir est venu, je le sais, je le sens : un élan vient des tripes pour faire différemment de d’habitude. #ParAmourPourMoi

Je pourrais bien-sûr expliquer plus en détail, mais c’est l’essentiel du processus intérieur à réaliser.

tu n as plus a te battre contre ta peur mais a etre

J’ai finalement obtenu ce que je cherchais depuis toujours : me sentir complète et confiante

J’ai un tout autre genre de résultats que quand je « fonçais dans le tas » pour vaincre mes peurs : plus durables, plus profonds.

Je neutralise avec amour ce qui m’empêche de m’aimer.

Je me libère petit à petit de ce qui me retient prisonnière.

Je ré-apprends à vivre avec amplitude : je m’autorise à habiter mes peurs pour m’habiter entièrement.

Chaque vécu de peur rencontré devient alors le prétexte pour remplir d’amour tous ces petits recoins de moi qui ont été blessés, écrasés, martyrisés, méprisés et délaissés.

Je me sens de plus en plus complète, confiante.

Je deviens ainsi une Guerrière pacifiée : je sais me battre, mais je ne le fais plus que rarement.

J’ai trouvé quelque chose de bien plus efficace : l’amour et la douceur envers moi-même.

Face a la peur, je suis, simplement

UNE SENSATION DE FIN DE COMBAT

Je regarde autour de moi
Des débris, épars…
J’ai combattu tant de fois !

Je regarde en moi
Des fissures, des abymes…
Je me suis haï jusqu’au désarroi !

Mais aujourd’hui je n’y vois plus un désastre
Une culpabilité, une honte ou un échec.
J’y perçois une invitation des astres
A semer l’amour dans le chaos le plus sec.

Patiemment, je prends les débris un à un
J’enduis leurs bords tranchants d’amour doré
Je cherche la promesse contenue dans chacun
Je les polis comme des joyaux pour les faire briller.

Je comble mes abymes de tendresse et de douceur
J’emplis l’air de mon chant le plus doux
Je berce tendrement mes peurs
J’imprègne tout mon corps d’amour, beaucoup.

Je savoure ce calme nouveau, incrédule et fascinée
Une sensation de fin de combat m’inonde
Harmonie palpable d’un traumatisme sublimé
Qui transmute la défiance en reconnexion profonde.

 

 

 

Maintenant, je souhaite accompagner d’autres femmes sur ce chemin d’amour et de retrouvailles avec soi

 

 

 

Ce que j’expérimente avec cette quête m’a – littéralement – sauvé la vie. C’est pourquoi j’ai décidé d’être une mentor pour d’autres femmes.

 

Chacun son approche de la peur

Au fil du temps, j’ai observé que le processus intérieur que j’ai développé se sert de la peur comme un prétexte pour me connaître davantage et m’aimer encore plus. Pour m’amuser de la vie et de mes réactions.

A tel point que contrairement à beaucoup de monde, toi incluse sans doute, quand une peur débarque aujourd’hui je dis « Trop bieeeeen ! » car c’est le début de la chasse au trésor ! #OnMaBercéeTropPrèsDuMur #JeSais

Je ne connais personne qui met en place cette approche dont l’efficacité me surprend toujours, même sur moi encore aujourd’hui, notamment pour :

– sa simplicité : pas besoin d’avoir des études en psychologie pour la comprendre, même un enfant de 8 ans serait capable de la mettre en application #LaSimplicitéCestLaVie

– la joie que ça procure à chaque fois qu’on l’applique : au lieu de redouter l’arrivée d’une peur et de me figer, chaque expérience que je vis me fait me sentir comme Indiana Jones qui part à la découverte d’un temple perdu enfoui sous la jungle. #SansLaSoupeDeCervelleDeSinge

Et ça fait la même chose chez mes clientes bien-sûr !

– le faible coût énergétique de sa mise en application: pas besoin de me battre avec moi et gaspiller toute mon énergie dans une inutile bataille-ultime-contre-ma-peur, si je suis le processus assidûment, le changement se produit de façon organique. #ParLaDouceurPlutôtQueParLaViolence

Ce processus intérieur est aussi efficace pour la sphère personnelle que professionnelle.

Si cette approche te rejoins, réserve tout de suite un appel d’exploration gratuit « La guerre est finie, je m’aime grâce à mes peurs ».

Ensemble, nous :

1/ ferons le point sur ta situation

2/ regarderons dans quelle mesure un mentorat tel que je le propose pourrait être bénéfique pour toi, ou s’il te faudrait une autre approche.

 

Pour ton information, l’investissement pour mon mentorat – si c’est l’approche adaptée pour ce que tu cherches – est de plusieurs centaines de dollars canadiens.

Avertissements :

Je ne suis pas une thérapeute, je n’ai pas été formée pour cela. Donc si jamais tu ressens beaucoup de souffrances à cause de ta situation, dirige-toi plutôt vers une personne formée pour t’accompagner adéquatement (psychothérapeute par exemple).

Je n’ai pas le projet de « guérir » ni de faire aller mieux qui que ce soit, c’est toi qui doit avoir ce projet pour toi ! Mon rôle de mentor est de t’accompagner pour t’outiller afin de te rendre autonome.

Je n’ai pas de plan pré-établi auquel la personne dont je suis la mentor devrait se conformer et qui ne respecterait pas sa réalité. Nous nous basons sur ce qui est vécu dans le moment pour découvrir les ressources et développer les outils nécessaires pour y faire face.

Mes maître-mots sont responsabilité, ouverture et spontanéité !

 

Blandine Ladouceur

Voici ma ligne de conduite personnelle au quotidien :

Que ma présence incite l’autre à se dire plutôt qu’à se taire

Que mon regard lui fasse relever la tête plutôt que la baisser

Que mes mots lui donnent l’envie de s’aimer plutôt que de se haïr

Que mon passage auprès de lui soit doux comme la caresse d’une brise d’été ou vivifiant comme un torrent au printemps

#SelonCeDontilABesoin

On ne s’est pas connu longtemps Blandine, mais tu as changé ma vie. De notre rencontre fortuite par Amigo Express [covoiturage] à nos sessions d’accompagnement individuel, même si ça n’a pas duré longtemps… je me suis découverte et j’ai appris à me respecter et mieux me comprendre. Et surtout à m’aimer.

Gaby de Vries (Lévis - Québec)

J’ai aussi dans ma besace de Guerrière pacifiée d’autres manières de faire très personnelles :

La notion de jeu

Pas besoin d’être lourdingue pour parler de choses sérieuses ! Au contraire, j’ai remarqué que plus on rend ça léger, plus ce sera facile pour toi de transformer ton rapport à toi et les peurs associées. #CestMaSpécialité

Ne pas confondre sérieux et professionnalisme !

L'humour et la curiosité amusée

C’est mon outil n°1 pour dédramatiser et éviter de trop prendre les choses au sérieux en mode « Je joue ma vie » parce qu’on prend de la distance et ça calme les jugements destructeurs. C’est ce qui m’a permis de commencer à utiliser les peurs comme un outil d’amour de soi. #LaVieDevientUneChasseAuTrésor

Mon petit lutin espiègle

Il dépose des petites bombes d’amour brut parfois à mon insu, car je me rends compte de ce que je viens de dire une fois la phrase prononcée. C’est mon intuition qui parle par ce biais-là et ça permet de faire exploser certains noeuds sous-jacents invisibles et bien serrés.

Une fois le « Ouch ! » de l’impact passé, on tartine allègrement la prise de conscience ensemble d’une épaisse couche de bienveillance et d’auto-compassion. #OnFinitParEnRigoler

La bienveillance et le non-jugement

Je me fiche de savoir si c’est « bien » ou « mal ». Ce qui m’intéresse c’est de savoir comment cela te fait te sentir. Comme ça, on peut faire évoluer les choses vers l’acceptation et les décisions à prendre par amour pour toi, plutôt que la culpabilité qui paralyse et ne sert à rien à part se donner bonne conscience. #LaMoralisationTuSors

Hors des jugements, je t’amène à comprendre les raisons profondes de ta peur pour pouvoir passer à autre chose.

La poésie d'évasion

Ce que j’aime avec la poésie, c’est que les mots et les images vont toucher chacune au-delà du mental rationnel.

Pour ma part, je les écrits lors de mon exploration personnelle de ma relation à la peur et à moi quand j’ai peur, lorsque mon mental rationnel ne trouve plus d’issue. La poésie me permet alors de rentrer dans le coeur de l’enjeu par la fenêtre. #3PoèmesSontSurCettePage

J’utilise les poèmes que j’ai écrits avec les femmes que j’accompagne pour mettre des mots ou des images qui apportent une issue ou un relâchement à ce qui semble parfois ne pas avoir d’issue, être trop confus.

Chacune y trouve alors ce qu’elle cherchait, sans que j’ai à « plaquer » des conseils que je trouve un peu « réducteurs » sur un vécu bien souvent complexe. #PisteDespoir

La résonance avec mes expériences

 Quand je fais face à une peur ou quelque chose qui me bloque, j’ai souvent eu l’impression que je suis la seule dans ce cas et que je vais galérer pour trouver une issue. D’autant que je n’ai pas toujours les mots pour en parler sur le moment…

Aussi je ne me gêne pas pour te faire savoir si la peur que tu évoques résonne avec quelque chose que j’ai traversé moi-même (ou que je suis encore aux prises avec !) et te partager ce que j’en ai compris. #JeSuisHumaine

C’est rassurant parce que ça rend ta peur moins « monstrueuse », plus « banale », donc plus accessible en fait… et moi ça m’enlève le poids que j’associe au fait d’être un « Maître » pour endosser avec joie le rôle du Guide / Mentor. #JadoreCeQueJeFais

Une approche holistique par une sorcière de lumière

Lorsque l’on travaille ensemble, cela agit sur toutes les couches de ton être (physique, émotionnel, mental, couches subtiles) car tout est lié et il m’est impossible de compartimenter, même si je le voulais ! Et en fait, c’est beaucoup plus efficace comme ça car ce que l’on fait ensemble agit à différents niveaux de ton être au lieu d’un seul. #Synergie

Oui, je suis un peu (beaucoup !) sorcière 😉

J’ai choisi d’oeuvrer du côté de l’Amour dans cette vie-ci.

Ta manière d’accompagner c’est un peu comme le yin et le yang : bienveillance et fermeté.
On peut tout te dire et tu peux aussi tout dire… et ça va être dans l’acceptation totale, il n’y a pas de jugements. On dirait que ton lutin espiègle sort exactement au moment où il faut sortir. Que ton lutin parle aux autres lutins qui sont à l’intérieur de nous.

Quand on l’entend de la part d’un autre lutin, ça fait « OMG ! Elle m’a vu et elle m’a reconnu ! » C’est comme si on se reconnait de pair à pair. Il y a quelque chose taquin derrière et qui est emballé de manière à ce que tu ne peux pas te fâcher contre ça.

Lydie U. (Gatineau - Québec)

il n y a pas reellement de peur que des niveaux d amour

Pour qui est cet accompagnement ?

Je m’occupe de femmes qui désirent profondément apprendre à développer de la patience et de l’amour envers elles-mêmes pour sortir du cycle de culpabilisation / injonction de performance et faire la paix avec qui elles sont. #PoilAuMenton

Des femmes qui sont prêtes à prendre le temps qu’il faut pour cette transformation et s’investir dans le processus car les mécanismes intérieurs en place depuis des années ou des dizaines d’années ne peuvent être transformés durablement en quelques rencontres et une attitude passive.

>> Si tu cherches juste une manière rapide de traiter une peur passagère, ce n’est pas mon approche qu’il te faut.

Ce que je propose permet de changer la relation à soi-même quand on vit de la peur. Ce qui amène à développer la patience, la persévérance, la reconnexion à son ressenti, l’amour de soi, l’auto-bienveillance et le non jugement… avec un petit grain de folie mêlé d’humour aussi. #SérieuxEtLégerALaFois

j ai appris a me preserver par amour

Je ne prétends pas t’apporter LA solution, car c’est un mirage qui n’existe pas.

Je vais te partager MA solution, et l’adapter selon tes besoins en prenant le temps de t’écouter sans jugements pour comprendre ce qui est important pour toi et où réside ta singularité.

En fait, je n’ai pas de réponses pour toi, mais plutôt de BONNES QUESTIONS.

Des questions qui vont te faire cheminer et t’amener à trouver TES propres réponses#AutonomieIntérieure

Des questions qui vont te servir à t’aligner sur la place qui est la tienne, celle qui attend depuis le début que tu acceptes de t’y glisser car elle est taillée sur mesure pour toi.

J’ai appris grâce à ce que tu proposes à juste « observer » et me dire « tiens, je fais ça ». Je crois que jusqu’à maintenant je me posais jamais pour juste observer ce que je fais. […] Déguster les peurs à la petite cuillère, c’est ça en fait !

[…] Dans tout le « travail » que j’ai fait avant, j’ai jamais pris cette conscience-là. C’est une méthode de travail qui est super originale par rapport à ce qu’on a pu me proposer jusqu’à maintenant.

Ghilaine M. (Grenoble - France)

si tu te sentais plus libre maintenant meme avec tes peurs

Si mes mots résonnent avec toi…

Si tu te vois faire partie de ces femmes épanouies, ces Guerrières pacifiées…

Ou même si tu en as très envie mais que tu trembles à cette idée et ne sais pas par où commencer…

Je me sentirai vraiment honorée de t’accompagner pour un bout de chemin.

Contacte-moi pour réserver un appel d’exploration « La guerre est finie, je m’aime grâce à mes peurs».

Nous verrons dans quelle mesure nous pouvons cheminer ensemble, une peur à la fois, vers plus d’amour de toi.

Pour ton information, l’investissement pour mon mentorat – si c’est l’approche adaptée pour ce que tu cherches – est de plusieurs centaines de dollars canadiens.

Share This