Blandine Ladouceur

J’ai l’impression d’être née 3 fois.

La 1ère fois que je suis née, c’est ma naissance officielle… 

C’est aussi la période de ma vie où je vis sans le savoir (ni le vouloir vraiment) dans le rôle que j’appelle « la Victime », où je me soumets à mes peurs en espérant échapper au gros des conséquences fâcheuses qu’elles me soufflent à l’oreille. Tout un tas de traumatismes s’accumulent en moi : abus, agression à caractère sexuel, violence conjugale… mais je ne comprends pas vraiment ce qui se passe. Des fois je suis bien, des fois je ne suis pas bien ; je me dis que c’est ça la vie et que je ne peux rien y changer.

Je vis un rapport de domination face à la peur, et c’est elle qui a le dessus.

victime-soumise-peurs-Blandine-Ladouceur

Quand je me penche sur ce rôle que j’ai nommé  « Victime », voici ce qu’il me dit :

Je suis la Victime, celle dont on tait le nom
Je suis celle chez qui l’on est entré par effraction
Je suis une autochtone dépossédée de sa terre intime
Celle qui, jusque dans ses ressentis, se sent illégitime.

Je suis un morceau d’humanité arraché et jeté aux quatre vents
Je suis une terre aride et desséchée qui a perdu son chant
Je suis celle qui ne s’appartient plus, même dans son corps
Celles dont les repères sont devenus trompeurs et flous, porteurs de mort.

Je suis un statut juridique qui a colonisé une identité
Je suis une prison sans barreaux qui retient l’abusée plutôt que l’accusé
Je suis ce vécu intime qui se répète, faute d’être reconnu et écouté
Je suis ce récit intérieur qui s’englue dans le mépris des clichés propagés.

Je suis le bouc émissaire facile de tous les angles morts et les impensés
Je suis la cancre de la méritocratie et de l’autonomie glorifiées
Je suis la banalisation et la rationalisation introjectées
Je suis le maillon faible de notre société.

Oui, je suis la Victime, celle que l’on préfère accuser et mépriser
Mais je suis aussi la dignité qui n’en peut plus d’être prise en pitié
Je suis la résilience dont personne ne veut voir les ressources cachées
Je suis cette force incroyable qui m’a permis jusque-là de tout endurer.

Un jour, je deviendrai Guerrière… et je serai enfin respectée.

La 2ème fois que je suis née, c’est à 28 ans 1/2 : le jour du décès de mon mari…
et j’entre dans le rôle de la Guerrière.

Je l’ai accompagné jusqu’à son dernier souffle.

Sa mort d’un cancer vient de mettre fin à 10 ans de violences conjugales dont je ne sais pas comment me sortir, tellement j’ai peur d’éventuelles représailles.

Je décide alors de changer ma vie à 180°, car à 28 ans j’ai autant de regrets que lui à 62 ans sur son lit de mort (oui, nous avions 34 ans d’écart, ma vie est loin d’être un long fleuve tranquille et conventionnel 😆 ).

Par contre, je n’ai su vraiment que j’étais née une nouvelle fois que 9 mois plus tard, en sautant d’un rocher dans une cascade à l’île de la Réunion. C’est lors d’une traversée de l’Océan Indien en voilier pour laquelle j’ai embarqué comme équipière (je t’avais dit, le conventionnel et moi…).

Je commence à tester mes limites comme une folle, pour rattraper le temps perdu et bouffer enfin la vie à pleines dents, le couteau entre les dents, comme une vraie Guerrière.

Je vis un rapport de domination face à la peur, et c’est moi qui tente d’avoir de dessus.

Jusqu’à ce que je n’en puisse plus…

guerriere-vaincre-peurs-burn-out-Blandine-Ladouceur

Quand je me penche sur ce rôle que j’ai nommé « Guerrière », dont je n’arrive plus à sortir, voici ce qu’il me dit :

Je suis la Guerrière, celle dont on glorifie le nom
Celle dont les faibles aimeraient arborer le fier blason
Je suis un bulldozer contre l’impuissance qui gangrène l’identité
Je suis l’amazone féroce qui vient reprendre sa terre jadis confisquée.

Je suis de toutes les batailles, pour ne plus jamais perdre la guerre
Je suis une bouche close car j’ai appris que la douleur noble doit se taire
Je suis un corps qui se doit d’être victorieux et puissant
Je suis une humiliation portée comme un couteau entre les dents.

Au fond de moi, je méprise la Victime, fantôme d’une autre vie
Que je fuis comme la peste, elle et son peuple de zombies.
Je suis fière d’être la force de vie incroyable que l’on va louer
J’incarne l’exception que notre société aime interviewer et encenser.

Mais, sous une certaine vulnérabilité assumée qui fait office de camouflage
Je suis une montagne de secrets jalousement gardée par une louve sauvage
Je suis un corps et une psyché de rescapée aux aguets en mode offensif
Je suis un château de cartes qui menace de s’effondrer au moindre souffle poussif.

Je hais par-dessus tout cette fragilité intérieure que je déguise en force
Je cache ma culpabilité et ma honte immenses en bombant le torse
Je m’extirpe de mes frayeurs mortifères en affichant mon allure la plus altière
Moi la vigie sans relève de ma forteresse intérieure, mon bagne solitaire.

Pourtant… malgré tous mes efforts et toute l’énergie déployée
La guérilla semble sans fin et les issues condamnées
Je sens mon énergie faiblir et mes résistances s’amenuiser
Moi qui m’étais jurée de ne plus jamais fléchir, je n’arrive pas à me résigner…

N’y a-t-il d’autre voie que de dominer ou d’être dominée ?

La Guerrière en moi cherche désespérément une manière de ne pas mourir au combat.

La 3ème fois que je suis née,
c’est un soir d’automne 2016.

Ce jour-là, j’ai commencé à marcher le chemin de la Guerrière pacifiée en arrêtant de me battre avec moi-même.

Mon ami Christian, me voyant aux abois et à bout de souffle, me pose cette question qui a changé ma vie :

« Tes peurs, au lieu de les combattre, si tu les acceptais? »

Je me rebelle d’abord à cette idée, parce que pour moi accepter c’est renoncer. C’est être lâche. C’est abandonner la bataille et laisser les connards gagner. Impensable.

Ce que je découvre est loin de tout ça : un chemin de retour à soi, de connexion profonde et de rencontre intime à la fois merveilleux et exigeant qui me bouleverse.

Je découvre une manière neuve et inhabituelle d’être au monde et d’être en relation à moi-même quand j’ai peur. Le plus précieux pour moi est d’apprendre à m’aimer surtout dans les moments où tout va de travers (parce que c’est si facile de s’aimer quand tout va bien).

Ce n’est pas évident de débroussailler un chemin qui n’a jamais été fréquenté, pour lequel je n’ai pas de modèles, mais je m’accroche car la beauté de ce que je découvre me met les larmes aux yeux.

Au final, les connards ne gagnent plus.

Personne ne gagne ou ne perd en fait. Je sors tranquillement du rapport de pouvoir et de domination qui m’étouffe. J’ai décidé, en conscience, de sortir de ce rapport de domination face à la peur, face à ce qui est vulnérable en moi.

J’apprends à m’émerveiller de ce qui est déjà là mais que je n’avais pas su voir, trop occupée à atteindre la perfection.

J’incarne un peu plus, un jour à la fois, la ferme douceur qui me permet de ne plus me laisser tomber quand c’est difficile.

Je sors du contrôle, de l’insatisfaction, de la culpabilité, de la honte, de l’impuissance (un jour à la fois, hein 😉 )

En fait, mes peurs sont devenues le prétexte à tisser une relation à moi belle, solide, aimante et bienveillante, quelles que soient les tempêtes intérieures et extérieures que je vis. Pour me sentir en paix et m’épanouir chaque jour un peu plus, sans tous les efforts que ça me demandait auparavant.

C’est pour ça que j’appelle ça être une Guerrière pacifiée (et non “pacifique”) : je reste une Guerrière. Je ne refuse pas de me battre s’il le faut vraiment. Par contre, j’ai compris qu’il y a plus efficace la plupart du temps : la (ferme) douceur

C’est ce chemin, et les découvertes que j’y fais, que je veux te partager aujourd’hui, demain, et tous les jours qui suivent.

gagner combat contre les peurs - paix intérieure - Blandine Ladouceur

En résumé, voilà ce que je te propose :

UNE SENSATION DE FIN DE COMBAT

Je regarde autour de moi
Des débris, épars…
J’ai combattu tant de fois !

Je regarde en moi
Des fissures, des abîmes…
Je me suis haï jusqu’au désarroi !

Mais aujourd’hui je n’y vois plus un désastre
Une culpabilité, une honte ou un échec.
J’y perçois une invitation des astres
A semer l’amour dans le chaos le plus sec.

Patiemment, je prends les débris un à un
J’enduis leurs bords tranchants d’amour doré
Je cherche la promesse contenue dans chacun
Je les polis comme des joyaux pour les faire briller.

Je comble mes abîmes de tendresse et de douceur
J’emplis l’air de mon chant le plus doux
Je berce tendrement mes peurs
J’imprègne tout mon corps d’amour, beaucoup.

Je savoure ce calme nouveau, incrédule et fascinée
Une sensation de fin de combat m’inonde
Harmonie palpable d’un traumatisme sublimé
Qui transmute la défiance en reconnexion profonde.

Bon, et puis dans le désordre, si tu aimes les titres et tout ce genre de choses
(je comprends que ça puisse rassurer) :

 

  • j’ai des études scientifiques (biologie)
  • j’ai été prof de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) pendant 5 ans 1/2, du BEP en passant par le collège (secondaire pour les Québécois) et le lycée jusqu’en Terminale Scientifique
  • j’ai une moitié de maîtrise en océanographie, que j’ai lâchée en 2016 pour commencer la psychosociologie
  • j’ai terminé une maîtrise en étude des pratiques psychosociales dont le mémoire est intitulé « M’émanciper de la Victime et de la Guerrière : passer d’une guerre contre la peur à une pratique d’amour de soi » que tu peux demander que je t’envoie ici (c’est écrit dans un langage accessible au grand public, je voulais que ce soit compréhensible par le plus grand nombre)

Comme j’aime à le dire : pour mon plus grand bonheur je suis passée des sciences appliquées aux sciences impliquées 😉  (moi qui rêvais de devenir ethnologue !)

Ce qu’elles en disent

Jessy est venue pour :

une peur récurrente de conduire en voiture, plusieurs années après un accident

Juste après la consultation :

« Je suis juste sur un nuage. Au niveau de la peur, j’étais juste dans le néant, pas à la bonne place pantoute. ça fait tellement de sens ce que tu dis ! Les blessures physiques, c’est comme ça que je les aies soignées. »

Jessy un mois après :

Jessy Faucher (Québec)

témoignage cliente - Rencontre d'impact - faire face à ses peurs- Blandine Ladouceur

Stéphanie est venue pour :

des problèmes financiers importants, qui paraissent sans issue

Juste après la consultation :

« On sent que tu prends chaque chose en considération et à un moment il y a le truc qui te fait faire des liens que je n’avais pas fait du tout.

Merci pour ce que tu as permis de toucher et d’ouvrir en moi. »

Stéphanie un mois après :

– Stéphanie François (France) –

faire face à ses peurs - Témoignages clients - Stéphanie François- cliente de Blandine Ladouceur

Isabelle est venue pour :

« Pourquoi ça bloque toujours ? J’ai compris et j’ai tous les outils pourtant… »

Juste après la consultation :

« Je me sens plus légère. Tu mets du visible sur l’invisible, des mots sur les maux que je n’arrivais pas à mettre !« 

Isabelle un mois après :

– Isabelle Brière (Québec) –

faire face à ses peurs - Témoignages clients - Isabelle Brière - cliente de Blandine Ladouceur

Vos articles Favoris

Pour une approche systémique des peurs (enfin !)

Pour une approche systémique des peurs (enfin !)

« Quelque chose manque » : voilà ce que je me dis quand je commence à lire sur les peurs en 2016.

Puis ça se transforme assez vite en la conviction qu’on « manque l’éléphant au milieu de la pièce ».

Quel éléphant ?

Quelle pièce ?

C’est ce que je vais révéler ici.

Accompagnement et coaching sur les peurs - Libération des peurs - Blandine Ladouceur
retrouver la paix interieure - vivre sans peurs - Blandine Ladouceur
approche holistique des peurs - bienveillance - Blandine Ladouceur
comprendre ses peurs - se libérer de ses peurs - Blandine Ladouceur