Je sens en moi une force qui me pousse à aller toujours plus loin.

Une force que je n’ai même pas à contrôler, à laquelle j’ai juste à CONSENTIR et de temps en temps CHOISIR de continuer.

C’est fou je trouve, parce que quand on loue ma force de caractère de passer au travers de tout ce que je vis, la vitesse à laquelle j’évolue… en fait la plupart du temps je me laisse juste porter par ce qui a envie d’émerger, ce qui veut se libérer toujours plus et toujours plus loin.

Je n’ai que très peu de choix finalement, je ne fais qu’accompagner le mouvement.

C’est sûr que je pourrais résister, mais je n’en ai pas envie parce que j’ai compris par expérience que même si le passage est difficile, le mieux-être qui en découle derrière est sans commune mesure.

J’ai un ami qui appelle ça le coeur. Il dit que le coeur sait. Et que c’est pour ça que cela se passe ainsi.

Moi je n’en sais rien.

Je n’ai aucune idée de l’origine de cette force qui régulièrement me prend dans ses bras invisibles et me portent plus loin que ce que j’aurais cru pouvoir faire seule. C’est comme une vague qui me prend avec elle et me dépose toujours plus loin sur la plage.

Je sens que cette force en moi est immense (et j’ai les larmes qui me montent aux yeux quand j’écris cela, parce que quand je me concentre pour la ressentir, le fait d’y toucher me fait toucher à sa puissance et à sa beauté).

Elle a la taille et la profondeur de l’océan et ses abysses, et pourtant elle est douce et bienveillante comme une mère.

Elle me manipule avec délicatesse alors qu’elle pourrait m’écraser ou me jeter à la côte sur un banc de rochers inhospitaliers. Mais non… à chaque fois que je pense toucher le fond, que mes petits membres ne peuvent plus me porter tellement je suis fatiguée, elle me porte une vague plus loin, elle me dépose doucement sur la plage après le remous dans lequel j’étais pour que je puisse me reposer.

Je me sens fragile et toute petite, mais je sais qu’avec elle je suis invincible.

 

C’est comme si tout l’océan était à mon écoute.

Je nage dans une direction, celle où il m’a poussée. Je me laisse porter par la houle tout en faisant ma part. Mais quand soudain cela devient trop dur pour moi, que je crains de couler et ne jamais arriver à atteindre l’île qui apparaît à l’horizon, je sens un immense et doux tsunami issu des profondeurs qui me prend et me dépose sur le sable de la plage en douceur.

Chaque fois que ça arrive, je suis émerveillée.

Je me repose, puis je regarde partout et je me mets à explorer cette nouvelle île qui m’est offerte.

Puis, lorsque le temps est venu, dans mon sommeil une nouvelle vague vient me chercher et me déposer en mer un peu plus loin. Et je me remets à nager.

Je suis une voyageuse et une exploratrice dans l’âme, je le savais.

Ce que je comprends en m’y penchant aujourd’hui, c’est que je le suis autant pour le monde extérieur que pour le monde intérieur.

 

Et toi, as-tu toi aussi une force inexplicable et bienveillante qui t’aide dans ton chemin ?

Share This