Un moyen très classique pour invisibiliser la menace – et maintenir l’autre dans la peur sans qu’il s’en rende compte – est d’utiliser une novlangue qui entretient la confusion. Celle-ci fait disparaître les intérêts contradictoires au profit d’un bonheur pour tous que personne ne saurait vouloir troubler :

– Un plan de licenciement collectif se transforme en plan de sauvegarde de l’emploi #MerciPatron

– L’exploité devient le défavorisé #CeluiQuiNaPasDeBol

– L’interdiction de bouger pour les enfants à l’école devient un besoin de calme pour mieux apprendre #EnNiantLeursBesoinsDenfants

– La discipline devient le vivre ensemble #MarcheDroit

– La culpabilisation est déguisée en responsabilisation #SaleEgoïste #FaisLePourLesAutres

– La soumission à l’autorité se pare de liberté d’obéir #çaFaitMoinsRépressif

– L’endoctrinement devient de la sensibilisation #AuxCroyancesDeLautre

– La punition est prévention #çaTaCoûtéCherTuNeRecommencerasPas

– La fragilisation est renommée flexi-sécurité #ExitLaPrécarité

– L’obéissance se mue en collaboration #Obligatoire

– Le renoncement à ses droits devient du respect (des consignes, de l’adulte, de l’autorité) #SansDouleur

– La conformité se transforme égalité #TousPareils

– Les droits deviennent des obligations #CestPourTonBien

– La récession est muée en croissance négative #CestEncoreDeLaCroissance

Et l’échec scolaire devient miraculeusement de la réussite différée #MagieDesMots #ChocDeLaRéalité

Pour faire bonne mesure, on transforme aussi :

– Le légitime questionnement envers l’autorité en rébellion #Dangereux

– L’objection en mauvaise foi #OuEnPreuveDidiotie

– La pensée divergente en déviance #MauvaisCitoyen

– La liberté en irresponsabilité #Amalgame

Gaslighting social

Bref, il s’agit ici d’une langue de bois et d’un totalitarisme invisible qui emprisonne l’esprit dans des mots qui ne sauraient décrire la menace que le corps ressent intuitivement sous ces mêmes mots.

Impossible dans ce cas de sortir de la transe de peur, car pour sortir d’une prison, encore faut-il savoir qu’on y est enfermé !

Et pour cela, on doit pouvoir clarifier la source de la confusion en mettant des mots justes sur sa réalité.

C’est une technique très connue des manipulateurs aussi appelée « gaslighting » pour amener la victime à douter de ses perceptions.

Quand ces procédés sont utilisés à l’échelle de la société pour justifier :

– le néo-libéralisme

– le fonctionnement désuet (pour ne pas dire plus) de l’institution scolaire

– une forme de répression sociale ou politique

(entre autres)

… personnellement je nomme cela du « gaslighting social« .

Voilà ma réflexion du jour, inspirée par la lecture d’un article de Thierry Pardo sur l’éducation sans école.

Qu’est-ce que cette réflexion évoque chez toi ?

Aurais-tu d’autres exemples de gaslighting social à me donner ?

Share This